Rouler sous la pluie à vélo : équipement, conseils et encouragement

Il pleut beaucoup moins souvent qu'on pourrait le penser (7% des temps de déplacement) et le cycliste peut facilement décaler son départ le temps que passe le gros de l'averse. (GRACQ)

En général, rouler sous la pluie n'est synonyme de plaisir pour personne et c'est compréhensible. C'est un peu plus risqué que de rouler par beau temps parce qu'il fait plus sombre, l'air est humide et ha oui il pleut !

Si vous vous déplacez quotidiennement à vélo, un équipement adapté est nécessaire pour éviter d'être trempé(e) après quelques coups de pédales. Il existe des vêtements magiques qui vous tiendront au sec même lorsqu'il pleut des cordes. Vous verrez qu'une ou deux gouttes d'eau sur votre visage sont plutôt vivifiantes et que circuler à vélo est toujours plus agréable que de prendre un bus bondé.

 

  1. La veste de pluie dite "respirante" : une veste imperméable et "respirante" vous permettra de rester sec et de ne pas transpirer pendant l'effort car la chaleur sera naturellement évacuée vers l'extérieur.
  2. Le poncho : le poncho à l'avantage d'être plus long que la veste et donc de couvrir aussi vos cuisses et vos mains. Nos ponchos sont très légers, élégants et ont également des contours réfléchissants.
  3. Le pantalon de pluie : le pantalon de pluie est plus large qu'un pantalon normal afin de l'enfiler facilement au-dessus de vos habits. Nos pantalons sont "respirants", confortables et certains modèles protègent également vos chaussures.
  4. Les sur-chaussures ou guêtres : elles permettent de garder vos pieds au sec et peuvent également monter jusqu'aux genoux.

Tout cela pour dire qu'avec un bon équipement, rouler sous la pluie peut devenir plus aisé. Maintenant que vous attendez la prochaine averse avec impatience, voici quelques conseils pour rouler sous la pluie :

  1. Faites attention ça glisse (par endroit) : les rails de tramways, les plaques d’égouts, les pavés sont plus glissants que par temps sec. Les feuilles mortes, les lignes peintes sont aussi à éviter.
  2. Ajuster votre vitesse : les distances de freinage sont plus longues car les patins de freins adhèrent moins bien à la jante. Par contre un système de freinage à disque ne perd pas en efficacité sous la pluie.
  3. Évitez les flaques d'eau : si vous ne connaissez pas la route, évitez les flaques car elles peuvent cacher un nid de poule, vous risquez d'être mouillé(e), sale et de vous faire mal.
  4. Soyez visible : la luminosité étant moins élevée et la visibilité réduite, portez des vêtements réfléchissants, allumez vos éclairages et soyez plus vigilants.

En conclusion, rouler sous la pluie n'est pas si terrible et permet de continuer à faire ce que nous aimons malgré quelques petites ondées. Allez demander aux habitants de Copenhague ou d'Amsterdam s'ils laissent leur vélo à la maison dès que le ciel se couvre ;) Si nous aspirons à une ville moins engorgée où le vélo est la petite reine de la mobilité , alors il faut changer nos habitudes et accepter qu'il tombe, au moins, quelques gouttes de pluie par an à Bruxelles.

Et puis ce n'est que de la pluie, non?

 

 

 

 

 

 

 

 

2 comments

  1. Kim

    Chouette article, par contre le lien vers les ponchos ne fonctionne pas! Je serais curieux de vos
    conseils sur les marques de veste de pluie respirante!

Post a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *